« Jacques Dupuis a gravement manqué de jugement! » – Gérard Deltell

COMMUNIQUÉ

(Source ici)

Le chef de l’Action démocratique du Québec, M. Gérard Deltell, a demandé au ministre de la Sécurité publique de faire toute la lumière sur les nombreuses allégations à son endroit qui entachent le gouvernement libéral et son ministère. « Il en va de la crédibilité du ministère de la Sécurité publique et de la Sûreté du Québec. S’il ne parvient pas à être complètement transparent et à dissiper tous les doutes à son égard, le premier ministre n’aura d’autre choix que d’exiger la démission de Jacques Dupuis », a déclaré le député de Chauveau.

Le chef adéquiste a également questionné l’éthique et le jugement du ministre de la Sécurité publique, qui a accepté de rencontrer un ami du Parti libéral qui voulait renverser une décision d’un corps policier. « À première vue, un ministre de la Sécurité publique qui rencontre un grand donateur du Parti libéral qui veut exercer de l’influence auprès de la Sûreté du Québec qui refuse d’émettre un permis de port d’armes, c’est un très grave manque de jugement », soutient M. Deltell, qui trouve que le ministre libéral a pris énormément de temps avant de donner sa version des faits sur ces questions.

À la suite des révélations de la Sûreté du Québec ce matin, qui confirme que le cabinet politique de Jacques Dupuis les ait contacté dans le dossier B.C.I.A., Gérard Deltell fait sien les propos de Jean-Guy Dagenais, de l’Association des policiers provinciaux du Québec, selon lesquels il doit y avoir « une indépendance entre la police et le politique ».

Contrat dévoilé par l’ADQ

Rappelons que jeudi dernier, à la période des questions, la leader parlementaire de l’ADQ, Mme Sylvie Roy, a dévoilé que le ministère de Jacques Dupuis a octroyé, le 1er avril 2008, un contrat pour un maximum de 1,5 millions $ à B.C.I.A. pour la surveillance de détenus. Le Ministre avait alors refusé de répondre aux questions entourant ce contrat. Par la suite, nous avons appris que le ministre Dupuis a reçu Luigi Coretti, grand patron de B.C.I.A., à son bureau de circonscription au printemps 2008. « En plus de la question du port d’armes, est-ce qu’il a été question du contrat octroyé à la même époque par le ministère de Jacques Dupuis ? », s’est demandé M. Deltell.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :